Samedi 17 juillet , après un voyage de 650 kms , nous arrivons à l'hippodrome de PAU en début d'après midi , afin d'y retirer nos dossiers . Bien évidemment , de nombreux exposants présentent "produits miracles " et vélos "fusées" . Nous pensons en avoir bien besoin .
Encouragements téléphoniques de 2 pédaleurs du Dolmen. Installation à l'hôtel de Pontacq. Dîner crispé.
Dimanche : lever à 4 heures , sans réveil , le stress aidant ... Annie et Nathalie nous accompagnent le plus près possible du point de rendez-vous .
Pas de difficulté pour trouver nos sas de départ : il suffit de suivre les 10000 cyclos .
Le maillot de Gérard attire l'oeil d'un organisateur ayant de la famille à la Chapelle Vendômoise . Parlotte pour destresser (1h1/2 d'attente) et honneurs de la presse locale .
7h00 . Les premiers concurrents s'élancent . Denis , dossard 9375 , partira vers 7h30 .
Manchettes , bidons , pneus , chambres à air , lunettes , barres de céréales , etc...parsèment la route . Grâce à sa grande sacoche (il est bien le seul!) Gérard ne perdra rien .
Après 50 km de bosses , nous mettrons pieds à terre , à Oloron , suite à un premier bouchon .
Plus tard , les 13% du Marie Blanque en occasionneront un second , entraînant 20 minutes de marche pour tous . Il est impossible de remonter sur le vélo sans risquer la chute .
Encouragements de nos épouses sur la route du Soulor . Au cours de cette ascension , Gérard précipitera un cyclo anglais à 3-4 mètres en contrebas . Ouf ! Pas de dégâts matériel et humain ! En arrivant au sommet , il retrouve Denis , en mauvaise posture ,  avec de sérieuses crampes . Massages chez les pompiers et soins de Gérard avant d'atteindre Argelès Gazot par une superbe descente , peut être réparatrice pour Denis...
Dernier ravitaillement au km 145 , où nos accompagnatrices angoissées par la noria des ambulances (chutes , insolations , déshydratations , épuisements...) nous attendent .
Les crampes de Denis réapparaissent dès les premiers lacets du Tourmalet . Le sel de cuisine mis dans son bidon par un camping cariste ne semble pas vraiment efficace . Tout au long de cette montée de nombreux spectateurs , déjà installés pour les pros du 22 juillet , encouragent et arrosent " les fous du vélo " . Chacun monte à son rythme (+ ou - 7km/h ) .Denis franchira le sommet à 18h35 avec la déception de ne pas  être classé(dernier temps enregistré à 18h30). Sa moyenne de l' étape  :18km/h .
Au dernier dernier point d'eau , soit à 5 km du sommet , Gérard , immobilisé à son tour par les crampes et avec le moral en berne ,décide d'arrêter . Après réflexion , il se rend compte , qu'avec un peu de repos , il aurait pu aller au bout !
Nos femmes sont soulagées de nous voir arriver sain et sauf à l'hôtel de Campan après une descente de 25 km .
"Au diable le régime " pour le repas du soir !
Malgré la souffrance et les angoisses cela restera un grand moment de notre vie de cyclotourisme et de notre vie d'homme .

Avis aux amateurs pour 2011 .

PS: 181km - Le Marie Blanque - Le Soulor - Le Tourmalet - 4100 m de dénivelé -

Temps de Denis : 11h05 ( Mieux que certains classés qui sont partis 20minutes plus tôt )